GUIDE D’HAÏTI

Donnons un sens à notre si beau pays....

Un paradis négligé...

Pour nous joindre :




BIENVENUE SUR NOTRE SITE
















Accueil > LIENS UTILES > PERSONNES HISTORIQUES > Ertha Pascal-Trouillot

Ertha Pascal-Trouillot, née le 13 août 1943 à Pétionville, est la première et l’unique femme qui fut chef de l’État haïtien. Présidente de la République d’Haiti à titre provisoire de mars 1990 au 7 février 1991, elle fut la première aussi à organiser les élections générales de 1990-1991 à Haïti (élections démocratiques) qui ont porté Jean-Bertrand Aristide au pouvoir.


Carrière politique

Elle devint présidente de la République, à titre intérimaire, le 13 mars 1990, trois jours après un coup d’État au cours duquel le général Hérard Abraham avait renversé le gouvernement en place. Le général avait pris le pouvoir après que des manifestations de rue eurent contraint le précédent président, Prosper Avril, à partir en exil. De discrètes négociations s’engagèrent rapidement, qui conduisirent le général putschiste à remettre volontairement le pouvoir à une autorité civile, en la personne d’Ertha Pascal-Trouillot, qui exerçait jusque-là les fonctions de présidente de la cour suprême d’Haïti. Le général Abraham est le seul exemple de putschiste haïtien à avoir volontairement restitué le pouvoir à une autorité civile, au cours du XXe siècle.
L’essentiel de son temps de présence à la tête du pays fut consacré à maintenir la paix civile et à préparer l’organisation d’une élection présidentielle, la première qui se soit déroulée sans contrainte à Haïti. Le 16 décembre 1990, Jean-Bertrand Aristide remportait le scrutin, avec 67 % des voix.
Toutefois, avant l’achèvement de la période intérimaire, une tentative de coup d’État eut lieu, en janvier 1991, au cours de laquelle Roger Lafontant faillit s’emparer du pouvoir. Mais le général Abraham mit son autorité dans la balance et fit échouer la tentative de coup d’État, permettant une libre transition démocratique, le 7 février 1991, entre Ertha Pascal-Trouillot et Jean-Bertrand Aristide.