GUIDE D’HAÏTI

Donnons un sens à notre si beau pays....

Un paradis négligé...

Pour nous joindre :




BIENVENUE SUR NOTRE SITE

















Fabre GeffrardFabre Geffrard ou Fabre Nicolas Geffrard (Anse-à-Veau 23 septembre 1806 - Kingston (Jamaïque), 31 décembre 1878) est un homme politique haïtien. Il a été président de la République d’Haïti, de 1859 à 1867.


Biographie

Son père, le général Nicolas Geffrard, est l"un des "pères" de l’indépendance d’Haïti et meurt quelques semaines après la naissance de Fabre Geffrard, qui est adopté par un parent, le colonel Fabre.
Fabre Geffrard quitte le collège de la ville des Cayes en 1821 et s’enrôle dans l’armée.
Quand le général Rivière Hérard engage une rebellion contre le président Boyer en 1843, il le nomme lieutenant-colonel, et l’envoie dans la ville de Jérémie où il bat les troupes du président Jean Pierre Boyer qu’il poursuit jusque dans la péninsule de Tiburon. Après ce triomphe militaire il est élevé au grade de général de brigade en 1844.
Le nouveau président, Jean-Baptiste Riché craint la popularité de Geffrard, et le fait arrêter pour essayer de le traduire en justice, mais la cour martiale l’acquitte faute de charge suffisante.
En 1849, sous le règne de Soulouque, Fabre Geffrard commande une expédition contre la République dominicaine au cours de laquelle il est blessé à la bataille d’Azua.
Il occupe les plus hautes fonctions dans l’armée sous le gouvernement de Faustin Soulouque et sous l’Empire.
En 1849 le président Soulouque le nomme au commandement d’une division de l’armée lors de la première guerre contre Saint-Domingue (aujourd’hui la République dominicaine), dans laquelle il a acquis par sa victoire à La Tabarra.
Lors de la deuxième guerre contre Saint-Domingue (1856) le général Geffrard se distingue à plusieurs reprises, notamment grâce à l’habile direction de l’artillerie à Banico.
Se dissociant de ce régime devenu impopulaire, il est menacé par Soulouque d’arrestation et d’exécution. Il s’échappe et organise une rébellion, qui conduit à la chute de Soulouque.
Le 15 janvier 1859 il est désigné à l’unanimité comme Président d’Haïti à Port-au-Prince.
Il proclame d’abord la République aux Gonaïves et obtient la sympathie du pays. Cet acte conduit à l’abdication de Faustin Ier, qui avait d’abord essayé de résister. Il devient tout de suite le président à vie d’Haïti, et reste près de huit ans au pouvoir. A sa démission, il se rend à Kingston (Jamaïque), où il meurt, le 31 décembre 1878.
Son successeur comme président d’Haiti est Sylvain Salnave.